top of page
  • Camille Basso

Un employé de musée expose ses propres tableaux dans une collection

En avril 2024, l’un des employés de la Pinakothek der Moderne de Munich a tenté de séduire les visiteurs grâce à ses propres créations. Parmi les œuvres de Franz Marc, Pablo Picasso ou Andy Warhol, l’individu espérait effectivement que ses tableaux le mèneraient à la prospérité.

Pinakothek der Moderne, Munich, Allemagne (Crédit : Pinakothek der Moderne)
Pinakothek der Moderne, Munich, Allemagne (Crédit : Pinakothek der Moderne)

A la Pinakothek der Moderne de Munich, un événement récent a surpris les visiteurs comme les dirigeants de la galerie. Au début du mois d’avril, l’institution a effectivement sollicité une enquête de police sur l’un de ses employés. Artiste indépendant de 51 ans, l’individu a effectivement tenté de connaître la prospérité en accrochant l’une de ses œuvres parmi celles des grands noms du modernisme. Son tableau, mesurant environ 20 x 30 cm, est resté près d’une dizaine d’heures dans les collections du musée avant que des superviseurs ne s’en aperçoivent. L’employé, travaillant dans le département des services techniques, a malheureusement été renvoyé par la Pinakothek der Moderne après cet incident.



La manière dont cet ancien employé a réussi son tour demeure entièrement floue pour les autorités. En effet, il aurait pu faire entrer son œuvre et l’accrocher dans l’une des collections de la Pinakothek der Moderne sans qu’aucun autre salarié ne s’en aperçoive. Toutefois, le journal Süddeutsche Zeitung précise que la police a été contactée pour « dommages matériels », à cause de deux trous percés dans l’un des murs du musée. Cette infraction pénale -au demeurant minime- ne devrait évidemment pas freiner la carrière professionnelle ou artistique de l’individu. Toutefois, cet événement a immédiatement attiré la curiosité des visiteurs du musée et des internautes qui ont appris la nouvelle.


A l’heure actuelle, la Pinakothek der Moderne n’a pas souhaité émettre de commentaires sur l’affaire auprès de médias spécialisés. De plus, l’institution n’a pas donné plus de détails sur l’œuvre de cet ancien employé ou sur son ancienneté dans la galerie. Selon Hyperallergic, l’ancien employé aurait imité Banksy, qui suivait le même type de stratégie dans les années 1980. L’artiste de rue aurait notamment installé sa propre version de la Joconde au Louvre, sans que les employés de la sécurité ne s’en aperçoivent tout de suite.


Comments


bottom of page