top of page
  • Camille Basso

Un ancien conservateur du British Museum poursuivi pour le vol de 2000 objets

En août 2023, l’un des conservateurs en chef du British Museum, Peter Higgs, était licencié pour faute grave. L’institution le soupçonnait alors d’avoir dérobé près de 2000 objets et de les avoir revendus en ligne. En 2024, le musée lance officiellement des poursuites contre M. Higgs pour vol.

Photo intérieure du British Museum (Crédit : British Museum)
Photo intérieure du British Museum (Crédit : British Museum)

Pour le British Museum, l’été 2023 a été le théâtre d’un véritable bouleversement. Au mois d’août, l’institution découvrait effectivement le vol de près de 2000 objets des collections grecques et romaines et licenciait, dans la foulée, le conservateur en chef Peter Higgs. De son côté, Hartwig Fisher, le directeur du British Museum, affirma que « la responsabilité de cet échec incombe en dernier ressort au directeur ». Il quitta ses fonctions une dizaine de jours seulement après les événements.


Au début de l’année 2024, le British Museum -désormais dirigé par George Osborne- intente une action en justice contre Peter Higgs pour vol et « abus de sa position de confiance ». L’institution espère d’ailleurs récupérer les quelques centaines d’objets que l’ancien conservateur a dérobés et revendus en ligne lorsqu’il était employé du musée. Parmi ces objets, le British Museum recense de nombreuses pierres précieuses anciennes, des bijoux en or et plusieurs artefacts rares de la Grèce et de la Rome antique.



A la suite de ces poursuites, le juge Heather Williams, de la Haute Cour britannique, a ordonné à M. Higgs de dresser la liste des objets qu’il a volé au musée et de les restituer dans un délai d’un mois. De même, l’ancien conservateur sera obligé de divulguer aux autorités ses archives PayPal et eBay. Depuis le mois d’août 2023, le British Museum aurait déjà récupéré plus de 350 artefacts dérobés par M. Higgs. Néanmoins, plus de 1500 autres auraient été revendus par le conservateur et doivent être retrouvés. « Les objets qui ont été volés au musée ont une importance culturelle et historique », assurait Daniel Burgess, l’avocat du musée. Selon lui, M. Higgs a manipulé les archives du British Museum et créé de faux documents pour revendre les objets en ligne sans être identifié.


De son côté, Peter Higgs nie fermement les accusations du British Museum et compte contester les poursuites à son encontre. Depuis août 2023, une enquête policière a été ouverte pour déterminer s’il est réellement l’auteur des vols au musée. A l’heure actuelle, cette investigation n’a mené à aucune arrestation ni condamnation.


Comments


bottom of page