top of page
  • Camille Basso

Des militants protestent contre le nouveau sponsor du Musée des Sciences de Londres

Dernière mise à jour : 29 avr.

A la fin du mois de mars, plus de 150 manifestants se sont réunis au Musée des Sciences de Londres pour protester contre son nouveau sponsor, Adani. L’entreprise indienne est effectivement liée à la production d’armes et à l’extraction du charbon.


Des militants protestent contre le groupe Adani au Musée des Sciences de Londres (Crédit : AFP)
Des militants protestent contre le groupe Adani au Musée des Sciences de Londres (Crédit : AFP)

Le 26 mars dernier, le Musée des Sciences de Londres a ouvert une nouvelle galerie dédiée aux énergies renouvelables et à la lutte contre le changement climatique. Toutefois, l’un des sponsors de cette galerie est Adani, une entreprise indienne qui œuvre dans la production d’armes et l’extraction du charbon. Le jour de l’ouverture de la galerie, plus de 150 personnes des groupes écologistes Extinction Rebellion et Fossil Free London ont protesté dans le musée contre ce parrainage. Ils accusaient notamment l’institution de « greenwashing », soit d’écoblanchiment, à travers leur accord avec Adani. Les militants ont également accusé l’entreprise indienne d’avoir expulsé une communauté indigène de leurs terres ancestrales en Inde et de tirer profit de la guerre à Gaza grâce à leur production de drones militaires.


Rhian Ashford, l’un des membres de Fossil Free Science Museum, a affirmé que l’institution dévalorise sa réputation à travers ce nouveau sponsor. Selon lui, le directeur du Musée des Sciences omet de mentionner le rôle de l’entreprise Adani dans le développement de la mine de charbon Carmichael, en Australie. « Les gouvernements et les scientifiques s'accordent à dire que nous devons rapidement éliminer le charbon si nous voulons atteindre le niveau zéro, mais le groupe Adani fait exactement le contraire, en prenant des terres aux communautés indigènes d'Australie et d'Inde afin de créer de nouvelles mines de charbon et centrales électriques », déclarait-il à ArtNews. M. Ashford ajoutait que le groupe Adani a investi dans le développement de huit grands aéroports et qu’il est l’un des plus grands exploitants de charbon au monde.


De son côté, le groupe de recherche Culture Unstained a récemment publié une enquête sur le parrainage de la nouvelle galerie du Musée des Sciences. Selon le rapport, ce partenariat « a été mis en place sans que le conseil d'administration n'examine le propre rapport du musée sur les controverses entourant le sponsor ». L’enquête de Culture Unstained s’appuie notamment sur des documents publics et prouve que le musée « avait produit un rapport interne de diligence raisonnable qui identifiait des cas de corruption et de fraude présumées, ainsi que des problèmes de droits de l'homme associés au groupe Adani. »



Le sponsor de la nouvelle galerie par le groupe Adani a d’abord été divulgué en 2021, ce qui a provoqué la démission de deux administrateurs du musée, Hannah Fry et Jo Foster. De même, l’ancien directeur Chris Rapley s’était retiré du groupe consultatif. En 2022, plus de 400 enseignants et éducateurs ont choisi de boycotter l’institution et deux scientifiques ont, à leur tour, quitté leurs fonctions.


Un nouveau sponsor mis en avant par le comité exécutif

« Adani Green est en train de réaliser la transition et nous le faisons à très grande échelle. Peu de gens ont entendu parler de nous au Royaume-Uni, mais nous faisons de l'énergie solaire à une échelle probablement la plus grande de toutes les entreprises du monde, » affirmait toutefois Sagar Adani, le neveu du cofondateur et président de l’entreprise, Gautam Adani. Selon lui, le sponsor de la nouvelle galerie du Musée des Sciences reflète les valeurs du groupe Adani. « Nous souhaitons rassembler des gens qui se sentent concernés et qui veulent faire quelque chose, et non pas simplement faire pleurer les gens ou s'engager dans un activisme de salon. Les critiques sont toujours les bienvenues. Mais notre objectif est de résoudre les problèmes, » expliquait-il au média Telegraph, à la suite de la manifestation.


De son côté, Ian Blatchford, chef de la direction du musée, a défendu le choix de ce nouveau parrainage. « Engager notre public dans la science du changement climatique - le défi majeur de notre époque - est une priorité essentielle pour le Musée des Sciences, » déclarait-il à The Art Newspaper. « Notre nouvelle galerie innovante explorera la manière dont nous pourrions réaliser la transition énergétique urgente dont le monde a besoin, un projet rendu possible grâce au généreux parrainage d'Adani Green Energy, une importante entreprise d'énergie renouvelable basée en Inde dont l'énorme population devrait entraîner la plus forte croissance de la demande d'énergie de tous les pays du monde dans les décennies à venir. »


 

 

 

 

 

Comments


bottom of page