top of page
  • Camille Basso

Découverte d’une figure de Mercure « incroyablement rare » sur un site romain

Dans le comté du Kent, en Angleterre, le site de Smallhythe dévoile de nombreux secrets romains aux archéologues. Récemment, une équipe de recherches a mis au jour la tête d’une figurine du dieu Mercure, sculptée entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère.


Figure de Mercure en argile à pipe, Ier-IIIe siècle de notre ère (Crédit : National Trust)
Figure de Mercure en argile à pipe, Ier-IIIe siècle de notre ère (Crédit : National Trust)

« Nos fouilles à Smallhythe ont révélé une activité romaine jamais découverte auparavant, datant du Ier au IIIe siècle de notre ère. Nous avons trouvé des tuiles estampillées de la marque de la flotte romaine (la Classis Britannica), des céramiques, dont un pot intact, et des preuves de la présence de bâtiments, d'éléments de délimitation et de fosses, qui fournissent des indices alléchants sur la nature de cette communauté riveraine », expliquait Nathalie Cohen, archéologue au National Trust, dans un récent communiqué de presse.


Au début de l’année, son équipe a découvert la tête d’une figurine du dieu Mercure, qui aurait été sculptée il y a plus de 1700. Selon la spécialiste, cette trouvaille est « incroyablement rare » et faisait partie d’un établissement romain non répertorié par les experts. « Il est extrêmement rare de trouver une tête de figurine de Mercure en terre cuite. Cet objet représente clairement Mercure, avec sa coiffe ailée. Malheureusement, nous n'avons pas trouvé le reste de la figurine », affirmait-elle.



Mesurant environ cinq centimètres, la tête de la figurine est faite d’argile à pipe. Toutefois, les archéologues n’avaient, jusqu’alors, découvert aucun dieu sculpté dans ce matériau, importé directement de Gaule. De fait, l’argile à pipe ne semblait être utilisée que pour représenter des déesses, et plus particulièrement Vénus. De son côté, le dieu des voyageurs était généralement sculpté dans le métal.


« Les figurines en argile à pipe étaient principalement utilisées par les civils pour des pratiques religieuses privées dans des sanctuaires domestiques, et occasionnellement dans des temples et sur les tombes d'enfants malades », détaillait dans un communiqué le Dr. Matthew Fittock, spécialiste des figurines romaines. « Des découvertes comme celle de Smallhythe fournissent un aperçu extrêmement précieux des croyances et des pratiques religieuses des populations culturellement mixtes des provinces romaines. »


Même si les archéologues espèrent découvrir le reste de la figurine de Mercure, sa tête sera bientôt exposée dans un site patrimonial du sud-est de l’Angleterre. Elle accompagnera de nombreux autres objets issus des colonies romaines locales.


Comentarios


bottom of page