top of page
  • Camille Basso

Au Brésil, découverte d’art rupestre à côté d’empreintes de dinosaures

Dans le bassin de Sousa, au nord-est du Brésil, les archéologues ont découvert des pétroglyphes vieux de 9000 ans à quelques pas d’empreintes de dinosaures, réalisées 100 millions d’années auparavant. Cet art rupestre aurait d’ailleurs été conçu de manière à ne pas endommager les traces de dinosaures.


Pétroglyphes découverts à côté d'empreintes de dinosaures, dans le bassin de Sousa, au Brésil (Crédit : Leonardo Troiano)
Pétroglyphes découverts à côté d'empreintes de dinosaures au Brésil (Crédit : Leonardo Troiano)

« Malgré la profusion de pétroglyphes identifiés, aucun chevauchement n'a été observé entre ces inscriptions et les empreintes fossilisées. Dans aucun cas, la création d'un pétroglyphe n'a endommagé les empreintes existantes, ce qui suggère que les auteurs ont fait preuve de réflexion, » détaille le document de recherche des archéologues du bassin de Sousa. Depuis le début du XXe siècle, le site de Serrote de Letreiro, au nord-est du Brésil est réputé pour ses nombreuses empreintes de dinosaures fossilisées. Cependant, les chercheurs ne s’étaient pas encore intéressés aux multiples pétroglyphes présents sur le site, à quelques pas des traces des anciens géants de la Terre.


Dans une étude récente, l’équipe de l’archéologue Leonardo Troiano a fait état de l’emplacement de l’art rupestre sur le site de Serrote de Letreiro. Selon ces experts, les pétroglyphes [NDLR : dessins symboliques gravés sur une surface rocheuse naturelle] datent de 9000 ans et ont été réalisés de manière à ne pas endommager les empreintes fossilisées. « Les gens pensent généralement que les peuples indigènes n'étaient pas conscients de leur environnement ou qu'ils n'avaient pas d'esprit scientifique ou de curiosité, » affirme M. Troiano. « Mais ce n'est pas vrai. Il est très clair qu'ils étaient intéressés par les empreintes de pas. Nous ne saurons jamais s'ils connaissaient les dinosaures, mais il est clair qu'ils étaient curieux de ces empreintes et qu'ils pensaient qu'elles avaient une certaine signification. »



L’étude détaille que les pétroglyphes sont de styles variés et représentent des cercles, des plantes, des croix, voire des représentations des empreintes elles-mêmes. De fait, cet art rupestre pourrait donc avoir été réalisé par plusieurs artistes. Toutefois, les archéologues ne peuvent pas suggérer de signification à ces œuvres. « Elles semblent toutes abstraites, et si elles représentaient quelque chose pour leurs auteurs, nous ne savons pas ce que c'est, » déclarait M. Troiano. Dans l’étude publiée par l’Institut du patrimoine historique et artistique national à Brasilia, le spécialiste précise que les conditions atmosphériques et météorologiques du bassin de Sousa ont favorisé la conservation des empreintes de dinosaures, vieilles de 100 millions d’années, et des pétroglyphes de nos ancêtres.


Toutefois, le site n’a jamais révélé de fossiles ou d’ossements aux chercheurs. Les archéologues ont donc supposé, à partir des empreintes, qu’elles appartenaient à différents types de dinosaures. Ils ont notamment identifié des similitudes avec les traces de sauropodes à long cou, de théropodes carnivores et d’ornithopodes herbivores. Enfin, d’autres empreintes de Serrote de Letreiro ressemblent à celles du nandou, un oiseau géant incapable de voler. De fait, nos ancêtres ont certainement interprété ces traces à leur manière, en comparant avec des espèces contemporaines, même en ignorant l’existence des dinosaures.


 


Comments


bottom of page